Un peu d'histoire...

 

1960, naissance de la sophrologie.

Son fondateur, le Pr Alfonso Caycedo (1932-2017), médecin neurologue psychiatre colombien d’origine basque espagnole a crée la sophrologie en 1960 à Madrid pour étudier la conscience humaine et les moyens d’en faire varier les états et les niveaux, avec un rapport au malade respectueux prenant en compte sa personnalité, ses spécificités… 

  

De 1960 à 1970, la sophrologie se structure.

C’est à partir de 1967 que naît véritablement la sophrologie comme méthode originale. En effet, d’autres techniques occidentales et orientales viennent enrichir les bases hypnotiques de la sophrologie.

La sophrologie se structure alors en trois degrés composés d’exercices appelés « Relaxation Dynamique » :

. Le premier degré améliore la concentration et la perception de son corps ;

. Le second degré renforce l’image de soi ;

. Le troisième degré initie à la méditation.

L’assemblage de toutes ces techniques en une seule méthode rend la sophrologie complète et efficace.

 

 De 1970 à 1980, la sophrologie se mondialise.

Forte de son efficacité, la sophrologie est déjà reconnue dans le monde médical occidental mais c’est en 1970 que la sophrologie va intéresser les médecins du monde entier. C’est à Barcelone, que se déroule le premier congrès mondial de la Sophrologie. Ce congrès intitulé « Sophrologie, Médecine d’Orient et d’Occident » va réunir 1400 professionnels venants de 42 pays.

C’est la première fois que la médecine occidentale classique et que les médecines orientales traditionnelles se trouvent ainsi réunies.

En 1972, le premier congrès de la Sophrologie en France se déroule à l’Hôpital de la Pitié Salpêtrière et, dès 1974, la sophrologie commence à sortir du milieu médical. C’est à Paris, que des premiers cours de groupe sont dispensés au grand public.

En 1977, la sophrologie dite « sociale » voit enfin le jour. La formation se démocratise et les « sophrologues » ne sont plus obligatoirement issus du monde médical. La sophrologie devient une discipline préventive.  

 

De 1980 à 1988, la sophrologie s’émancipe.

La sophrologie dite « sociale » prend de plus en plus d’essor. Certains y découvrent un très important potentiel de développement de la personne. La sophrologie confirme sa place dans la prophylaxie (prévention, promotion de la santé). Elle va aussi conquérir le domaine sportif car elle s’avère être très efficace pour une bonne préparation mentale.

 

En 1985, un quatrième degré de sophrologie voit le jour. Ce degré développe les valeurs existentielles et individuelles de l’individu. 

Pour un grand nombre de sophrologues, ce quatrième degré est le point d’orgue de la technique sophrologique et un grand nombre de praticiens utilisent ces quatre degrés et leurs exercices dans leur cabinet. 

 

 En 1988, Alfonso Caycedo a choisi de s’installer en Andorre afin de continuer à développer la sophrologie selon une optique philosophique, voire spirituelle. Il dépose alors la marque « sophrologie caycédienne » et crée plus tard 8 degrés supplémentaires.

  

 Cette décision va segmenter la sophrologie en deux grands courants de la sophrologie d'aujourd’hui.

. La sophrologie caycédienne à objectif philosophique, voire spirituelle (degrés 5 à 12)

. La sophrologie non-caycédienne à objectif thérapeutique (degrés 1 à 4)

Nota : il est important de préciser qu'il s'agit ici d'une description de la sophrologie comme méthode. Les sophrologues caycédiens peuvent également exercer dans un objectif thérapeutique.

 

Depuis 1988, la sophrologie se développe, qu’elle soit utilisée de manière philosophique ou thérapeutique,

la Sophrologie se propage et se découvre sans cesse de nouvelles utilisations.

 

L’efficacité de ses techniques se vérifie dans des champs d’application très variés.

La sophrologie est utilisée par des sophrologues, mais aussi des médecins, des travailleurs sociaux,

des infirmières, des responsables du personnel, des entraîneurs, des coachs, des enseignants…

Elle se pratique partout, en cabinet, en salle de sport, en salon de bien-être, en entreprise, à l’hôpital, à l’école…

 

Aujourd'hui, tous les sophrologues possèdent la même boîte à outils qu'ils mettent à disposition de leurs clients pour répondre à leurs différents besoins.

La Sophrologie a 50 ans, son efficacité est reconnue et elle est rentrée dans le quotidien de nombreuses personnes.

 

De multiples origines...

                   

        Influences occidentales

        . Méthode Coué = l’autosuggestion positive. Pour Emile Coué, « s’implanter une idée en soi-même par soi-même » est un principe d’action positive. Toute action positive dirigée vers le corps et le mental aurait une répercussion positive plus globale.

Training autogène de Schultz = relaxation par auto-décontraction et auto-concentration (autosuggestion).

Relaxation progressive de Jacobson, =  contractions/relâchements de chaque segment du corps pour un relâchement des tensions musculaires.

Modification des états de conscience de Charcot = au travers de l'état sophroliminal.

. Méthode Vittoz = répétition d'exercices simples et pratiques que l'on intègre dans la vie courante.

Thérapies brèves d’Erickson = le patient détient la solution à ses problèmes. Le thérapeute est uniquement là pour l’amener vers cette solution.

Neurologie, Psychologie (au travers notamment des travaux de Freud,  Jung et Reich), psychanalyse, phénoménologie (apprentissage du non jugement, observation des phénomènes en adoptant un regard détaché et libre de toute interprétation. Chaque phénomène vécu contribue à la construction de la conscience).

...

  

Influences orientales

. Yoga = discipline née en Inde il y a plusieurs millénaires et qui propose d’unifier le corps et l’esprit.

Zen japonais = Méditation ; une des nombreuses branches du bouddhisme japonais dont le but est d’atteindre de manière intuitive un éveil soudain.

Les adeptes du zen privilégient l’expérience du réel, ici et maintenant.

Bouddhisme tibétain qui vise à connaître les causes de la souffrance pour pouvoir s’en défaire et connaitre le bonheur pour pouvoir le développer et atteindre un état parfait.

Toumo = appellation tibétaine pour désigner le yoga du feu intérieur. Cela consiste à créer et développer une chaleur interne à l’intérieur du corps.

...